... par la couture · Dose créative...

Journal de bord d’une apprentie couturière : premières découvertes et réalisation d’une jupe

Chères vous,

En cette 4ème semaine d’apprentie couturière qui débute, il était temps de partager avec vous les aventures du Cap couture.

Pendant ces premières semaines, nous avons découvert la totalité de nos professeurs, fait ami(e)-ami avec le matériel (ou presque), fêté un anniversaire et une première jupe réalisée par l’une d’entre nous. Youpla boum ! L’année va être intense.

Nous avons 2 jours et demi de couture par semaine. De quoi déceler les pièges et secrets de la couture. Les autres cours sont consacrés au patronnage, au croquis de mode, à la compréhension de la matière du tissu. Que du bonheur !

Nous avons commencé par découvrir notre meilleure amie pour cette année :  la piqueuse plate. La piqueuse plate correspond à la machine à coudre industrielle. Il s’agit d’une table où est incorporée la machine à coudre. La piqueuse plate ne fait qu’un point unique : le point droit. Ce n’est pas une excentrique ! Elle pique droit, un point c’est tout.  Pas de point zigzag et autres originalités. Pour ces points là, sa copine la surjeteuse fait une partie du boulot. La surjeteuse a pour but de réaliser les finitions de bord du tissu. Elle coupe et coud le tissu en même temps en zigzag pour assurer que le tissu ne s’effiloche pas.

Une piqueuse plate ressemble à ça : 

piqueuse plate

source image : http://www.tmachineacoudre.fr/PFAFF-1245

Il est vraie qu’on connait plus sexy comme compagnie ! Mais, il ne faut pas se fier aux apparences 🙂

 

Un surjeteuse  ressemble à ça :

surjeuteuse

source image : https://www.coudreetbroder.com/surjeteuses-et-recouvreuses-elna,fr,3,35.cfm

Un point de surjeteuse ressemble à ça :

point à la surjeteuse

source image : http://cours-couture.com/fr/les-points-de-base-a-la-surjeteuse/139-video-de-couture-reglage-de-la-surjeteuse-et-premier-surjet.html

A vos t-shirts : vous en trouverez un peu partout sur vos revers.

Pour débuter la couture, une surjeteuse n’est pas nécessaire. les 3 ou 4 fils selon les modèles sont assez compliqués à enfiler (sauf semble t-il, la surjeteuse de la marque Baby Lock qui s’enfile toute seule en appuyant sur un bouton, je n’ai pas testé, je ne prends aucune responsabilité sur ce sujet ! ).

Le point zig zag de la machine à coudre familiale peut suffire. La surjeteuse permet de donner une finition professionnelle et parfaite à vos créations mais on peut très bien créer et faire de jolies choses sans.

Bref, nous avons découvert l’amie qui va nous accompagner cette année. De premier abord, elle ne parait pas bien sympathique mais après un peu de temps passé ensemble, c’est une compagne un peu bruyante certes (bien qu’il en existe des modernes et silencieuses) mais efficace !

Pour ce premier trimestre, nous allons réaliser une jupe droite et un gilet pour homme.

Nous sommes pour cette 4ème semaine en finalisation de la conception de la jupe droite :

Elle devrait ressembler à ça, dans un tissu différent (pour les “Tailleurs” : un tissu épais à carreaux (merci les raccords ! 🙂  et pour les “Flous” dans une toile de jean un peu stretch – cf article précédent sur la différence entre CAP Couture Tailleur et Couture Flou-).

cap couture jupe droite

Lors de ces 3 premières semaines, nous sommes passés par les chemins suivants :

  • Compréhension du patronnage

A noter : il ne faut pas confondre le patron et le patronnage. Le patron est la représentation du vêtement sur papier. Le patronnage est la représentation du vêtement sur papier avec les valeurs de couture (les marges en quelque sorte pour prévoir la couture du vêtement). Et oui, la couture a aussi ses subtilités !)

  • Découpe du patronnage

A noter : quand vous découpez un patron, une vigilance doit être portée au droit fil du tissu. La ligne du droit fil du patron, toujours indiquée sur ce dernier, doit être parallèle au droit fil du tissu qui correspond généralement à la lisière du tissu (je reviendrai sur ces éléments dans un prochain article). Couper le tissu dans le droit fil permet d’assurer un tombé parfait du vêtement.

  • Découpe du tissu : pour couper un tissu, il est indispensable d’avoir un ciseau dédié à cela (un ciseau qui ne coupe absolument rien d’autre que le tissu !!). Un ciseau dédié permet de s’assurer d’une découpe parfaite du tissu. Sans cela, le ciseau coupe mal, n’est pas précis et peut abimer le tissu.  Les ciseaux Friskars ou Bohin sont de très bons outils de couturière. Pour ma part, j’utilise un ciseau Bohin (made in France et spécial gaucher sivouplé).

 

  • Puis, assemblage des pièces du patron en passant par les points techniques : les pinces, la fermeture à glissière, l’entoilage, les finitions de bord (ourlet à la main et autres réjouissances).

Les différentes étapes de confection se font grâce à une gamme de montage. Cette gamme de montage décrit toutes les étapes à réaliser pour concevoir la jupe. Il s’agit (simplement) d’un mode d’emploi comme pour monter nos meubles Ikéa.

Les gammes de montage ont un langage universel pour être comprises dans le monde entier puisque la création de vêtement est, comme on peut le voir sur nos étiquettes, principalement délocalisés dans différents pays (Chine, Bengladesh etc.).

La couture a donc son langage à elle tout en symbole pour être comprise partout dans le monde.

Voici quelques extraits d’une conversation en langage couture :

  • Tissu sur l’envers (le dos du tissu, celui où il n’y a pas de motif par exemple) se dit : 0-0

 

  • Tissu sur l’endroit (la face que l’on souhaite voir du tissu, là où il ya les motifs par exemple) se dit : -0-

 

  • Une couture simple se dit : couture simple les deux longs traits représentent les deux tissus et le petit trait vertical représente la couture

 

  • Un ourlet se dit : ourlet symbole couturele trait replié sur lui-même représente le tissu replié sur lui même et le petit trait vertical représente la couture. On reconnait bien là le principe de l’ourlet 🙂

Une fois le principe compris, le langage de la couture devient vite une seconde langue compréhensible !

Et voilà pour les premiers émois de ce CAP couture.

Je reviens vers vous très vite pour partager cette première réalisation de jupe droite terminée et les autres aventures d’apprentie couturière.

Happy lundi et belle semaine à vous !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *